Les Carnets de C7 / Randonnées

 

Raid en raquettes sur les Hauts de Chartreuse




Dates : du 5 au 8 février 2004

Participants : Marc, Thomas et Jack (C7) + Gaëtan (GRPS).


Arrivée jeudi aux petites heures à St Pierre d'Entremont au terme d'un voyage de 750 km en ... 7 heures, Audi 320 oblige ! Nous terminons la nuit dans le hangar du Chalet Hôtel tenu par Joël, un copain de Marc, au pied du majestueux cirque de St-Même où le dégel se fait sentir suite au redoux prématuré qui sévit depuis quelques jours. Mais malgré nos inquiétudes, la couche de neige est toujours bien présente.

C'est un chien errant prit d'affection pour Gaëtan qui fait office de réveil matin. Deux pains à 2.40 € et une paire de raquettes en location plus tard, nous attaquons sans complexe et plombé chacun d'un bon sac à dos le raidillon enneigé qui nous permets de rejoindre non sans peine le GR où nous sommes heureux de trouver une bonne trace. A refaire, on partira du hameau des Varvats ! Nous débouchons sur le plateau via un superbe petit défilé donnant sur le pré de Pratcel, inondé de soleil. Il est 13 heures bien fait et notre objectif, la cabane de l'Alpette, nous semble bien loin encore. Petit casse-croûte sous un ciel bleu profond et c'est reparti. Nous laissons dans notre dos les traces partant vers l'Aup du Seuil et le col de Bellefond au-delà desquels se cache le massif de la Dent de Crolles. Un peu plus loin, nous abandonnons la trace menant au col de l'Alpe pour attaquer le 'Pas des Echelles', obstacle qui ne laisse pas indifférents nos mollets et le dos de Thomas. Au delà enfin s'étendent les grands espaces sous lequel se cache le fabuleux réseau souterrain de l'Alpe (60 kms, des générations d'explos, des noms célèbres comme Biolet, Tambourin, Cernon et bien d'autres). Traçant dans la poudreuse, le chalet de l'Alpe, bergerie que nous savons fermée, est rapidement atteint. Nous sommes à 1650 m d'altidude. L'objectif initial est encore à deux bonnes heures. L'endroit est féerique. L'idéal serait de pouvoir passer la nuit ici. Aussi poussons-nous la porte de la petite étable jouxtant le chalet et découvrons avec satisfaction qu'elle conviendra parfaitement pour bivouaquer (du moins pour des spéléos !).

Tandis que Thomas et Marc décident d'accorder un peu de repos à leurs vertèbres endolories, Gaëtan et moi rechaussons les raquettes pour monter à la Croix de l'Alpe (1821m). De là, nous profitons d'une vue sur la vallée de l'Isère et toute la chaîne de montagne jusqu'au lointain Mont-Blanc avant d'assister au retour au coucher de soleil et au lever de lune. Après un bon plat de pâtes et malgré le peu deconfort (!) de notre abri, nous faisons le tour de l'horloge dans nos sacs de couchage.

 

Voir la galerie photos 1 de Jack

Voir la galerie photos 1 de Marc

Voir la galerie photos de Thomas


Le habert

 

Vendredi matin, sur un parcours style grand nord canadien et en perdant légèrement de l'altitude, il nous faudra deux heures pour rejoindre la cabane de l'Alpette. Le temps d'une petite collation et nous laissons là nos sacs pour tenter d'atteindre le Granier (1933m). Mais pour ça, il faut franchir le Pas des Barres, seul point faible qu'offrent les remparts rocheux défendant l'accès au plateau pentu menant au sommet. Marc, très motivé, y fait une tentative. Mais l'état de la neige, la méconnaissance des lieux et surtout le manque de temps nous incitent finalement à renoncer pour cette fois. Rentrés au 'habert' en fin d'après-midi, nous passons la soirée à préparer un petit feu de bois pour mettre un peu de chaleur dans la pièce et autour d'un une purée sauce hollandaise, nous élaborons les plans de la journée de demain.

Le réveil du samedi est gâché par la météo : il pleuvine ! Le sac rempli de cordes, crampons, baudriers et éclairages, nous tentons néanmoins d'atteindre le Gouffre du Grand Glacier sensé s'ouvrir dans les pentes du Pinet.. Plusieurs gouffres sont repérés mais impossible sans un Gps d'atteindre la doline sensée s'ouvrir à 1600 m. De toute manière, vu la couche de neige dépassant facilement le mëtre, il nous faut bien admettre qu'elle est certainement comblée. On aura essayé. Il faudra revenir en été si nous voulons fouler le glacier souterrain.

L'après-midi, le plafond nuageux est au plus bas et c'est dans la poisse que nous redescendons dans la vallée via le col de l'Alpette et un chemin escarpé aboutissant au hameau de la Plagne. A la 'Ferme de l'Ours, gîte d'étape tenu par Daniel, nous somme pris en charge par Joël venu avec sa jeep et sa remorque pour nous rapatrier à St-Même. Question de ne pas être en reste, nous l'aidons à rentrer sa réserve de bois qui alimente le feu ouvert du Chalet Hotel dont nous profitons le soir même, après une douche bien méritée, autour d'un succulent repas chaud, arrosé comme il se doit par un vin local. Un verre de gnole et de Chartreuse finiront par nous assommer.

 

Voir la galerie photos 2 de Jack

Voir la galerie photos 2 de Marc

Voir la galerie photos de Gaëtan

 

Le porche du Guiers Vif

Dimanche. Pas question de quitter le Cirque sans avoir fait une incursion dans les galeries de la source du Guiers Vif ! C'est là qu'aboutit le réseau souterrain de l'Aup du Seuil, autre grosse pointure spéléo du massif des Hauts de Chartreuse. Les conditions hivernales aidant, ce qui peut s'avérer être une ballade en été s'avèrent être une course quelque peu engagée. Baudriers et persos nous permettent de franchir en sécurité le mur de la première cascade. Au-delà, nous installons même un bout de corde pour atteindre le porche monumental orné de quelques pendeloques de glace menaçantes. Nous nous contentons d'une courte course (le terme est bien choisi) jusqu'au siphon et de quelques photos afin de pouvoir profiter d'une copieuse raclette servie par nos hôtes au Chalet et ce avant de reprendre la route pour la Belgique vers 15h.

 

Voir la galerie photos sur le Guiers Vif

 

Toujours aussi chargée et performante, notre limousine fera du retour une formalité. Malgré le crachin sévissant sur la France et les chutes de neige entre Arlon à Aywaille, c'est vers 23 heures que nous retrouvons Gabrielle restée sagement à Louveigné.

Album audio écouté pendant le trajet :

'Chansons pour les Pieds', de J.J. Goldman !

Un grand merci à Marc qui a nous a fait connaître la région et qui nous a fait profiter de son véhicule. Un grand merci à Thomas qui a gérer de main de maître l'intendance. Un grand merci à Gaëtan pour sa bonne humeur et son moral à toute épreuve. Et merci à Jack pour ce petit compte rendu qui nous l'espérons vous donnera envie de tenter l'aventure (*).

 

(*) ce qu'on fait dans des conditions un peu différentes, Guy, Capucine, Michel et Mathieu au Carnaval. Voir le rapport dans le "Collecteur" et la Galerie photos de Michel.

 

Et pour terminer, quelques liens utiles

 

www.chalet-hotel.com

http://www.parcs-naturels-regionaux.tm.fr/lesparcs/chara.html

 http://www.refuges.info/index.php

http://www.braemoor.co.uk/chartreuse/index.htm

http://www.alpesgeoconseil.com/Chartreuse/Speleo/Speleo.html

 

+ la carte topo

 

Carte Ign



Dernière mise à jour 31-07-2005

Powered by NetPack